LES GUIDES MAF

 VILLÉGIATURES DE RÊVES & IMPRESSIONNISME

DES SÉJOURS D’EXCEPTION 

 EN PAYS IMPRESSIONNISTES

Trouver une adresse à nulle autre pareil, mais pas seulement. Fuir le tourisme de masse & séjourner là où les impressionnistes, les peintres certes mais aussi , les écrivains, les musiciens, les photographes et sculpteurs, sévirent… bien avant nous pour initier et perpétuer un mouvement artistique  dont l’influence dépasse nos frontières, notre continent.

S’ils vinrent ici où là, les peintres, écrivains, musiciens impressionnistes, n’attribuons pas ces séjours au hasard.  

Ici, les casinos et les bains attirent la bourgeoisie, l’aristocratie, l’argent.

Là, les financiers  établissent  des lignes de chemins de fer, des liaisons avec l’Angleterre.

Ici, on s’établit et on bâtit d’admirables demeures, manoirs et châteaux. 

Là, les ciels de Boudin séduisent Baudelaire & instruisent  Monet à la peinture. 

Ici, Maupassant vit & écrit dans le sillage de Flaubert, suit le futur maître des nymphéas à Étretat.  

Là, les falaises, plages, arbres &  lumière inspirent aux uns des toiles, aux autres des textes. 

Ici, les ports, grèves, caps & vagues s’impriment sur les plaques photosensibles captant au passage voiles,  voiliers & régates. Les rapins retiennent la leçon.

Là, il faut se loger, étancher sa soif au cidre dans une pension de famille sans prétention, 150 plus tard un hôtel cinq étoiles surfe sur la vague impressionniste.  

Ici, en pays de Caux rien a changer ou presque. 

Là, au Havre, Rouen ou Honfleur rien n’est plus pareil.

Ici à Giverny, la foule envahit les lieux, enfin certains lieux. D’autres existent, abandonnés par la masse, grave erreur tant pis pour elle.

Prendre le temps du détail, de la digression, de l’évasion, de la réflexion, de l’émerveillement face aux motifs de la nature, aux effets de lumières, à la préservation d’un site, à la disparition d’un autre. S’approcher au plus près d’un artiste comme nous y invite Proust : Je dois dire que, quand il aimait Monet , vous auriez pu lui dire qu'il y avait près de là un admirable Rembrandt, un sublime Raphaël, il ne se serait pas dérangé, tandis que si vous, aviez pu lui dire la rivière où Monet avait fait telle esquisse, il l'aurait longée tout entière aux heures incommodes où Monet peignait, pour tâcher de retrouver le lieu, pour mieux comprendre ce qu'il y a de réel dans une toile de Monet, ou plutôt peut-être ce qui dans la rivière est si intéressant, si réel que son expression soit un précieux chef-d'oeuvre, pour que l'on saisisse mieux la pensée de Monet en voyant ce qui la motivait et qu'on sente ce qui l'inclinait à l'inspiration, quels étaient les éléments dont il avait besoin pour trouver le problème.

Quels sont les éléments dont nous avons besoin pour obéir au maître du temps perdu ou retrouvé ? Un fauteuil dans un salon cosy, un lit et un oreiller dans une chambre à bow window, un banc dans un parc arboré et fleuri. Bien installés, loin de tout tohubohu, prenons le temps de lire, un texte, un tableau,  Zola & Cézanne, Maupassant & Monet, Mallarmé & Manet,  Proust & Elstir,  Renoir, Degas, Pissarro, Morisot.

Prenons le temps d’écouter  Debussy, Ravel et Fanelli. De se poser la question d’une influence de la photographie sur la peinture impressionniste, de  dépasser une définition par trop simpliste d’une terme galvaudé par la foule, vilipendé par la critique en savourant un café offert par nos hôtes.

ÉTRETAT
LE GUIDE
SLOW ART

Contact : mafournier[@]cegetel.net